Mes années Japon: Poupées!

Allez! Je profite d'être dans ma période "nostalgic Japan", pour remettre le nez dans mes livres de mobilier, déco, kimonos et poupées...et je retrouve un recueil de photos des créations contemporaines de mon maître Menya Shôho, qu'il m'avait remis lors de la dernière expo de notre groupe Amagatsukai 天児会 en 2006, au Kyoto Cultural Museum.

Il y avait exposé quelques unes des créations du livre et moi j'y avais exposé les deux poupées articulées, de type Ichimatsu 市松人形 à l'éphigie de mes filles que je venais de terminer.

C'était pour qu'elles puissent jouer un jour avec... Tu parles! J'ai juste dû les autoriser à les prendre dans les bras sans postillonner ni couler du nez...juste le temps de prendre la photo! J'avais passé plus d'une année à les créer, m'étais improvisée couturière de kimonos miniatures, elles ne pouvaient que finir sous verre!

les Poupées finies! Avec leur modèle vivant 2006

Je me souviens les avoir d'abord modelées à la terre, buste et visage, puis les avoir sculptées en bois de hinoki en regardant le modèle (et mes modèles vivants bougeants fuyants). Après maintes couches d'enduit à la nacre ("gofun" 胡粉 poudre d'huître extra fine et blanche mélangée à de la "colle de biche" (gélatine de peau de biche 鹿膠), implanté les cheveux (les miens! Le sacrifice ultime n'est pas d'avoir des gosses, c'est de leur filer nos cheveux!), résultat ça ondule léger, on voit bien aussi que j'étais brune! J'ai dessiné ceux de Lilou, implanté des yeux de verre...ah oui, pour cela et pour éviter que le bois ne fendille j'ai été obligée de les scalper l'une comme l'autre et d'évider...ゲ! ça devient de plus en plus "gore" cette histoire de poupettes!

Photos du processus sur le blog de quelqu'un d'autre: http://www.aimi-doll.com/howto/06.html


dégrossissage avant de sculper

Je te partage un secret: je leur ai écrit un petit message (comme une prière) à chacune que j'ai glissé dans le logement du cerveau, manipulation mentale ultime de la mère!

En vrai, je me suis inspirée de certains créateurs de poupées dont on a retrouvé des messages écrits dans les têtes, et j'ai voulu commencer ma propre tradition, sur une seule génération. Flop.


Une fois reliés les membres avec des tiges de métal (rien de high tech je t'assure) recouvertes de tissu pour camoufler le tout, je leur ai cousu leur kimono.

C'était juste avant que l'on déménage en France, sayônara Kyoto et tous mes rêves de futures poupées... la peinture m'a rattrapée au retour.


Pour continuer à te faire tressaillir...il y a de nombreux cas de poupées dont les cheveux ...ont poussé! Véridique!

À ton avis, ce serait dû à quoi?


Je te laisse cogiter sur le sujet, dépose ta copie lundi matin sans faute sur mon bureau, et je te parlerai de l'origine des poupées au Japon, de mon Maître (14ème génération) ou des croyances autour des poupées au Japon dans le prochain article.


Dewa,


Couli


28 vues